Désignation comme rapporteur au Conseil de l’Europe – La santé mentale des jeunes et la pandémie

Pour une prise en compte des impacts sur la santé mentale des mineurs et des jeunes adultes dans la lutte contre la pandémie de Covid 19. 

Je viens à l’instant d’être désigné rapporteur pour l’ Assemblée de Parlementaires du Conseil de l’Europe pour un nouveau texte intitulé  » Pour une prise en compte des impacts sur la santé mentale des mineurs et des jeunes adultes dans la lutte contre la pandémie de Covid 19″
Depuis le début de cette crise, les effets de la pandémie et des mesures prises sur ces publics sont catastrophiques : troubles alimentaires, anxiété, décrochage scolaire, hausses des pensées suicidaires et des risques de dépression (55% des jeunes), etc.
Le rapport ne sera pas un débat contre les mesures prises, mais a bien pour but de donner aux 47 Etats membres du Conseil de l’Europe des balises pour protéger les jeunes durant cette pandémie, veiller à la proportionnalité des mesures qui les touchent, mais aussi à la responsabilisation de ces publics souvent mis à côté du processus de décision.

__________________________________

Les mesures prises dans les pays européens pour lutter contre la propagation de la Covid 19 ont un impact non négligeable sur la santé mentale des mineurs et des jeunes adultes. Selon un sondage d’Eurofound réalisé en avril 2020, 55% des jeunes Européens se trouvaient en risque de dépression contre 48% pour le reste de la population. Ce qui représente, pour les jeunes, une hausse spectaculaire par rapport aux chiffres observés avant la crise sanitaire. Plusieurs études indiquent également une nette augmentation de l’anxiété, des troubles du comportement, des syndromes dépressifs et des suicides chez les jeunes adultes et les mineurs depuis l’imposition de mesures de restrictions sociales.

Si nous soutenons sans réserve la nécessité de prendre des mesures sanitaires strictes pour protéger la vie des citoyens européens en temps de pandémie, il faudrait néanmoins veiller systématiquement à évaluer la proportionnalité de ces mesures quant aux conséquences qu’elles entraînent sur la santé mentale, et notamment sur celle des enfants, des adolescents et des jeunes adultes.

L’Assemblée Parlementaire devrait étudier le lien entre les mesures de restrictions sociales prises durant la pandémie et la hausse des troubles psychologiques chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.

L’Assemblée Parlementaire devrait formuler des conseils aux États sur la proportionnalité des mesures de restriction sociale par rapport aux conséquences sur la santé mentale.

L’Assemblée Parlementaire devrait rappeler aux États les recommandations de la Résolution 1608 (2008) concernant « le suicide des enfants et des adolescents en Europe » et les inciter à prévoir suffisamment de moyens pour l’investissement dans la prévention du suicide chez les jeunes adultes et les mineurs d’âge.

Dans la même catégorie…

Et les autres réfugiés ?

Et les autres réfugiés ?

Et les autres…   Depuis quelques semaines, l’élan de solidarité envers les réfugiés ukrainiens...