On ne laisse pas dormir un enfant dans la rue. Point.

13 octobre 2022

Communiqué de presse

 

On ne laisse pas un enfant dormir dans la rue, point. Pour Simon Moutquin (Ecolo) et Eva Platteau (Groen), il est inacceptable que des mineurs non-accompagnés se voient désormais également refuser un abri, comme cela a été le cas ce mardi pour une vingtaine de jeunes qui se sont retrouvés devant portes closes au « Petit Château », le centre d’enregistrement pour les demandeurs d’asile.   

 

Après cette nouvelle étape glaçante dans une crise de l’accueil qui dure depuis près d’un an, Ecolo-Groen demande à la Secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration d’appliquer des mesures d’urgence pour que les exilés vulnérables soient immédiatement relogés : « Cette crise de l’accueil était déjà une honte pour l’État de droit, mais aujourd’hui, laisser des enfants dormir dans la rue est tout simplement intolérable », dénonce le député Simon Moutquin.

Depuis des mois, le groupe écologiste propose des mesures pour résoudre la crise de l’accueil : « Nous sommes des partenaires de gouvernement, nous reconnaissons la complexité de la situation et c’est pour cette raison que les mesures que nous proposons depuis des mois sont pragmatiques et concrètes. Aujourd’hui, nous demandons à Nicole de Moor d’être une partenaire du respect des droits humains et de la dignité de ces personnes qui errent depuis des mois dans nos rues. »

 

La situation n’est plus tolérable, aucune personne vulnérable ne peut dormir à la rue à l’approche de l’hiver. 

 

Pour éviter de mettre en danger ces personnes, les écologistes demandent que des places d’urgences en logements privés (hôtels, auberge de jeunesse, etc.) soient immédiatement proposées pour qu’AUCUNE personne vulnérable n’ait à dormir dehors ces prochains jours.  

 

Pour sortir de la crise de l’accueil globale, Ecolo-Groen avance différentes mesures depuis des mois qui soutiennent les propositions de la société civile et des acteurs de terrain. Nous demandons à nouveau aujourd’hui :

 

  • que la phase fédérale d’urgence soit activée pour coordonner une réponse rapide et efficace à cette crise.  
  • que le personnel de l’OE, et les infrastructures dont les « maisons de retour » non utilisées soient affectés à l’accueil des demandeurs d’asile
  • que les autorités publiques appuient et soutiennent financièrement les autorités régionales, les communes et les réseaux de citoyens solidaires qui, depuis des années, assurent l’aide aux personnes exilées.  
  • que, sur base volontaire, il soit possible pour certains demandeurs d’asile de quitter les centres moyennant une compensation financière leur permettant de subvenir à leur besoin.
  • que des acteurs divers soient mobilisés pour nous sortir de cette crise : ONG, églises, etc.  
  • que l’on sorte plus rapidement du réseau d’accueil certains profils en accordant, par exemple, un statut de résident temporaire aux personnes provenant de pays où le retour n’est pas possible. 

« Cette crise de l’accueil atteint des sommets d’indécence. Les exilés ne peuvent plus faire valoir leurs droits et les services de l’accueil sont à bout. Nous mettons en danger des personnes qui pensaient être protégées en arrivant chez nous. Nous sommes à la veille d’un drame… et la situation est déjà cauchemardesque. Il faut agir. Maintenant. », conclut Simon Moutquin.

 

Image : https://www.cire.be/les-mineurs-etrangers-non-accompagnes-des-ados-au-coeur-de-la/

Dans la même catégorie…